Une erreur est survenue dans ce gadget

vendredi 26 mars 2010

Stylo américanosophe



Nobby Clark's Folly

mardi 23 mars 2010

Il était une fois dans l'Ouest


Il était une fois dans l'ouest du Texas, Edmund,un ranchero qui avait perdu ses bisons. Alors qu'il parcours son terrain pour recencer ses bêtes après une période de violents orages, il note avec inquiétude qu'il en manque plusieurs: là, entre plaines et canyons, les brusques et violentes averses creusent la terre en de profonds fossés de boue qui peuvent parfois emprisonner et, pire, noyer les animaux imprudents.
En verifiant les enclos, le fermier remarque alors dans les fils barbelés un espace suffisement large pour qu'un bison puisse s'y glisser. Plus ou moins rassuré, il téléphone alors au fermier voisin, Jackie:
- J'ai perdu mes bisons, as-tu vu mes bisons?
- Il n'y a plus de bisons ici, répond Jackie en raccrochant aussitôt.
Inquiet, Edmund attend le lendemain pour rappeller Jackie, qui lui répond "Je me suis occupé des bisons".
Jackie a alors admis avoir tué les 51 bisons d'Edmund en deux jours, laissant les cadavres des bêtes à leur triste sort, sous le soleil du Texas.

C'est arrivé la semaine dernière. Edmund a bien sûr intenté une action en justice. Mais aux yeux de la loi texane, Jackie n'a pas à être blâmé: d'une part, le droit de propriété texan assure que tout ce qui se passe sur le terrain ne regarde que le propriétaire, et d'autre part, le bison étant classé "animal indigène" et non pas "bétail", il ne bénéficie d'aucune protection.

Au delà du préjudice moral et "sentimental", Edmund a perdu 3500$ par bison. En effet, dans le ranch d'Edmund, chaque bison abattu coûte 3500$ au tireur, constituant un confortable revenu à Edmund, éleveur de bisons exclusivement reservés à la chasse.

Allez voir l'article "Texas Buffalo Shooting Triggers Culture Clash"
by Wade Goodwyn sur: http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=124890977

jeudi 4 mars 2010