Une erreur est survenue dans ce gadget

jeudi 17 juin 2010

les photos du Grand Canyon



Pour les vidéos, c'est sur mon profil facebook

Grand Canyon


Après avoir regardé une vidéo sur l'usage d'un camping car, qui aurait été probablement très instructive si nous l'avions vraiment regardée, nous voilà enfin partis sur la route!

Nous passons dans l'Arizona, par le barrage de Hoover - Hoover Dam pour les intimes. Il produit l'électricité du Nevada, de l'Arizona et de la Californie, et contient le Colorado en un lac, le lac Mead, qui irrigue la ville entière de Vegas et sa région. Quand on goûte à la sécheresse locale, on comprend mieux pourquoi en passant sur le barrage, on voit d'un côté la roche des falaises qui bordent le lac marquée par l'ancien niveau de l'eau- plusieurs mètres au dessus de l'actuel- et, de l'autre côté, le grand et célèbre fleuve Colorado qui s'enfuit en un minuscule filet d'eau. Ce même Colorado qui irriguait les cultures indiennes et mexicaines ne produit plus assez d'eau pour les réserves indiennes en aval.

La route descend ensuite vers la 66 que nous suivons de pas très loin sans même la prendre: au delà de notre route 40, les routes sont plutôt des pistes sur un sol de rocaille blanche. Les villes de la carte sont formées par des ensemble de mobil home. Les gros SUV soulèvent des nuages de poussière sur leur passage: ça y est, le Far West!!!!

La route est longue, mais il fait moins chaud et le soleil commence à descendre. Le plat se vallonne, puis se creuse de canyon, le mot magique. Les sillons mangent la terre, et l'on voit apparaître au loin quelques "monuments" et montagnes avec même un peu de neige- trèèès loin. Au fur et à mesure, des sapins et des pins bordent la route sur un sol qui redevient plat. Nous entrons sur le plateau de la rive sud, et arrivons à Grand Canyon Village à la nuit tombée.

Après un barbecue sans bois ni lampe de poche suivit d'une nuit peuplée de bêtes qui rodent - que j'ai été la seule à.......imaginer?- on touche au but: nous, là, face à l'une des choses les plus spectaculaires qu'il m'ait été donné de voir. Le gouffre est immense. Tellement différent des images et des photos. Les couleurs se chevauchent, les plateaux se rapprochent et s'éloignent, et la ligne d'horizon reste toujours aussi droite. Nous remontons le sentier qui longe la rive Sud à partir de Mather Point. Le mince filet bleu du Colorado nous signale le fond du canyon.Mes yeux ont du mal à suivre la profondeur.De notre point de vue, le canyon fait à peu près 1500m de profondeur tailladée en strates qui remontent à 1,8 milliards d'années pour la plus vieille. Sa largeur varie entre 13km et 26km. Nous voyons la pluie se former à l'intérieur du canyon et le soleil au loin qui illumine une gorge rouge et orange.

Nous suivons le sentier- assez sécurisé et très pédagogique- qui borde le canyon en passant sous les pins. Il y a de plus en plus de monde et de plus en plus d'écureuils qui grimpent sur les gens pour récupérer de la nourriture. Une maison traditionnelle Hopi est entourée d'hôtels. Un peu plus loin, le Bright Angel Trail descend dans la faille du Bright Angel. Des panneaux d'avertissement montre la photo de Stacey, 27 ans, en train de se faire réanimer par une équipe de secours après avoir été prise d'une attaque de chaleur. Il ne la réanimeront pas. Nous voyons les gens descendre et devenir fourmis.Certains groupes descende à dos de mule. Il paraît qu'il faut 7 à 8 heures pour descendre. J'attendrais bien pour voir qui peut remonter, mais nous avons encore de la route à faire...

vendredi 11 juin 2010

A la radio: Creedence Clearwater Revival

J'ai toujours été persuadée que le son de Los Angeles consistait surtout en du gros R'n'B MTV avec des filles qui shake leur booties. Mais la radio, la télé, et les bars diffusent surtout presque exclusivement et à mon grand plaisir du rock'n'roll et ses dérivés. On entend partout et tout le temps des grands classiques allant de Janis Joplin à Sublime... un peu cliché, ils accompagnent la route avec de la country, et tout le monde danse le samedi soir sur Sweet child O' mine des Guns'n'Roses. Bref, peu de nouveautés, mais ça fait quand même du bien de changer de classiques: apparemment, depuis 1967 la radio ne s'est jamais arrêtée de diffuser les Creedence Clearwater Revival, un grand classique qu'on entend jamais en France - à part peut être les reprises de Proud Mary.

Et bien moi, dans le désert de Mojave ou en allant à San Francisco, tous les tubes des Creedence me rappellent les routes de Dordogne. Périgord-US, il n'y a qu'un pas... et mon papa avec ses lunettes de soleil et le bras gauche appuyé à la portière, fenêtre grande ouverte...

mercredi 9 juin 2010

Las Vegas


Je ne serais jamais passée par Vegas, si ce n'était pas une étape pour aller au Grand Canyon. A l'entrée du grand tour des merveilles naturelles américaines, nous y avons retrouvé Renaud et Cécile pour récupérer un camping car -RV- avant de filer vers les grands espaces.

Au bout du désert de Mojave on se retrouve dans un désert qui à l'air bien plus grand, l'Etat du Nevada. L'entrée est marquée par une espèce de casino et de mini parc d'attractions, avec de toutes petites montagnes russes. Les panneaux indiquent que la prochaine ville après Vegas est Salt Lake City, dans l'Utah, à 676km de là. Et puis on voit surgir au bord de la route des maisons jumelles qui se suivent sur des kilomètres de résidences, et des fantômes de buildings floutés par la brume de chaleur.

L'hotel Louxor, celui de Mars Attacks, est beaucoup moins glamour que sur les images et la piscine qui était l'endroit où j'avais prévu de passer tout mon temps atteint difficilement son mètre de profondeur. Un petit tour sur le Strip sous le cagnard du début d'après midi ne me persuade pas de l'attrait de la chose... et dire que les gens viennent y passer des vacances! Le ciel se couvre, l'air est lourd, les rues sont pouilleuses, les casinos aussi. Les filles qui dansent -mal- sur les tables sont toutes des poupées au label douteux, et les mecs ont des allures de macs. Les canapés sont troués et puent le renfermé...

Pas franchement déçue, il a fallu que j'attende la nuit pour me prendre au jeu.Dès la nuit tombée, les boutiques deviennent belles et lumineuses. Tout s'éclaire, et Vegas devient un parc d'attractions. nous avons profité d'un show au piano-bar du Flamingo, avant d'aller manger un burger à Paris! Les rues de New York sont magnifiques, Le Bellagio, lui, est franchement classe. Bon d'accord, on s'est beaucoup amusé, et le tout sans avoir beaucoup joué...

Merci Renaud pour la photo!!